Livre d'or
 
 
La Stèle
"2 avril 1944 : Rafle dans un petit village corrézien. Les faits sont bien réels et cruels. L'historien Jean-Michel Valade aurait pu les rappeler dans un article de revue historique ou dans une thèse en trois volumes. Il choisit la forme romanesque et place l'action à Saint-Vézac... nulle part et partout. Deux récits s'entremêlent, s’entrechoquent, 1944 et 1984, où sur la place du village se déroule la commémoration de ces événements. La question de l'Histoire : hommage, devoir de mémoire, histoire officielle, tronquée, falsifiée, devient l'enjeu majeur de ce drame. La stèle, le stylo rappellent, martèlent, écartent parfois... Roman historique... coup de gueule... tragique et sensible..."
Corrèze Magazine n° 134. Avril 2017
 
100 ans en Limousin et La Stèle
L’histoire au bout de la plume
"Jean-Michel Valade sort son premier roman La Stèle, en même temps qu’une nouvelle chronique au fil du siècle dernier : 100 ans en Limousin.
Publié en 2000 aux éditions Les 3 épis, puis enrichi 12 ans après pour sortir en poche chez Geste éditions, l'ouvrage 100 ans en Corrèze raconte l'histoire du département sur un siècle à travers un événement par an. Une formule efficace pour transmettre l'histoire locale. Les éditions Geste ont ainsi demandé à son auteur Jean-Michel Valade, professeur d'histoire à la retraite, de réaliser dans la même veine un tableau historique du Limousin.
En reprenant des dates de la Corrèze, les plus pertinentes, en en récrivant certaines, le passionné d'histoire locale a intercalé des événements de la Haute-Vienne et de la Creuse. « Pour certaines années, les événements sont évidents ; pour d'autres, c'est parfois arbitraire, explique-il. Par exemple, pour 1944, j'ai choisi les événements du 9 juin à Tulle plutôt que ceux du 10 juin à Oradour-sur-Glane ; ces derniers sont évoqués dans la notice 1949 avec le voyage du parti communiste, illustrant comment la mémoire peut être instrumentalisée par les politiques ».
Jean-Michel Valade met ainsi en lumière des faits moins connus à côté des grandes dates de l'histoire mêlées de mémoire, culture, sports, faits-divers… Une vulgarisation historique de Guingouin à Poulidor, en passant par la guerre des champignons.
Tout ce travail reflète l'importance de la mémoire pour l'auteur. Une mémoire qui est parfois sélective comme il a voulu le rappeler dans son premier roman La Stèle. Il y raconte l'histoire de Jacques, juif rescapé d'Auschwitz, qui revient quarante après ans sur les lieux de son arrestation, à Saint-Vézac, commune du bas Limousin, au moment d'une cérémonie commémorative à la mémoire des victimes de la barbarie nazie.
En mêlant faits réels et fiction, alternant passé et présent, l'auteur a choisi d'être synthétique dans son récit « pour être plus efficace ». Dans La Stèle, Jean-Michel Valade s'interroge : « Comment peut-on revenir à la vie après avoir subi un tel traumatisme ? ». Il a voulu aussi dénoncer « l'hypocrisie collective qui commémore des résistants qui n'en sont peut-être pas, et qui oublient certaines victimes, dont les juifs ».
En passant au roman, après une quinzaine d'ouvrages historiques, Jean-Michel Valade fait ainsi passer des messages, met un peu plus de lui : « Le roman, qui est pour moi une incartade dans le domaine des ouvrages historiques, est une autre façon d'écrire l'histoire, de façon plus personnelle ».
Un premier roman qui pourra en appeler d'autres, « suivant les retours des lecteurs » qui pourront rencontrer Jean-Michel Valade sur la Foire du livre vendredi et samedi"
.
Christine Moutte, La Montagne, 1er novembre 2016


Culture de perles en milieu lycéen...
"Il faut savoir rire de soi-même et pourquoi pas, mais avec diplomatie, des autres. Ainsi, pour sa troisième collaboration avec les éditions Mines de Rien, Jean-Michel Valade a choisi de répertorier les plus belles perles de ses élèves. […]
Et il en a croisé, des pépites, ce professeur d'histoire-géo fraîchement retraité. Il semblerait même qu'en quelques années, ces « perles de culture » se soient transformées en une véritable « culture de perles ». […]
Ainsi, derrière une approche franchement humoristique, se cache un message plus polémique : doit-on s'inquiéter d'une baisse du niveau scolaire ? Pour l'auteur, cela ne fait aucun doute. Certes, son recueil ne reflète pas la seule réalité existante, certes il y a, et il y aura toujours, d'excellents éléments parmi les lycéens, certes… Néanmoins, Jean-Michel Valade s'inquiète. Derrière les bévues de ces ados, il perçoit une tendance alarmante, celle d'un savoir en perdition et d'une société elle-même menacée.
Son but est donc double : faire rire, bien sûr, car il faut reconnaître les talents créatifs de certains étudiants. Faire réfléchir, aussi et surtout, sur la nécessité d'un retour aux fondamentaux dans les programmes et les méthodes éducatives. L'ancien professeur invite donc à « sourire jaune », et justifie son point de vue dans une introduction fortement engagée, affirmant que « le bac est devenu une coquille vide ». Ce n'est pas une condamnation, bien sûr, mais un appel à la prise de conscience, fusse-t-elle relayée par l'humour"
.

Priscille Peyre, La Montagne, 4 novembre 2015.

Petite histoire du Bas-Limousin et de la Corrèze.
"Cette histoire se décline en huit grands chapitres (les temps anciens, la féodalité, la guerre anglaise et les papes, les Lumières...). Valade, spécialiste de la période contemporaine, s'attarde sur les guerres mondiales et finit son propos par le temps des présents. Chemin faisant, il nous fait rencontrer des personnages qui ont marqué leur époque, des papes aux présidents de la République, en passant par Guillaume Brune et d'autres.
Il éclaire la naissance du département, revient sur les deux guerres mondiales, comme les événements de Tulle. Valade, c'est indiscutable, aime sa Corrèze".

Robert Guinot, La Montagne, 13 juin 2014.

Tours et détours de la Grande Boucle en Corrèze.
"Tours et détours de la Grande Boucle en Corrèze respire la passion, la nostalgie, celle de l'enfance, celle qui vous remplit les yeux d'étoiles d'un simple regard aux champions croisés sur le bord de la route".
Frédéric Rabiller, La Montagne 16 juin 2013.


La Corrèze. D'eau, de granite et d'arbres.
"Un beau texte sur de belles images de pierres, d'eau et d'arbres. Tout un contexte corrézien".
Le Sillon. Mars 2014.

"Voici un magnifique livre marqué par le vert des paysages et les différentes couleurs des roches. Une séduisante alchimie qui se déploie en 140 photos inédites, introduites par un bref texte du Corrézien Jean-Michel Valade. Une carte de visite de choix pour la Corrèze".
La Montagne,7 décembre 2012.



Brive et le pays de Brive. Regards sur un patrimoine.
"Le pays de Brive est la marche méridionale de la Corrèze, et si l'on ose dire, par ses paysages, la moins auvergnate partie du Bas-Limousin. Pays original par sa géologie d'abord, où le granit est totalement absent, remplacé par de magnifiques grès rouges, largement employés dans la construction. Le climat est aussi plus riant que du côté de Tulle, la préfecture, ou d'Ussel, dont l'arrondissement est à bien des égards le jumeau de celui de Mauriac. Les plateaux calcaires, au sud de Brive, sont même de véritables préfigurations du Quercy. Dans un excellent chapitre, Jean-Michel Valade se livre à une féconde lecture de paysage qui donne envie de suivre à notre tour les rives de l'Auvézère, de la Corrèze, de la Dordogne ou de la Vézèze. Je signalerais également deux autres très bons chapitres, celui sur le bâti, rural, que l'on doit à Jean-Pierre Lacombe, auteur d'un ouvrage sur le même thème dont notre bulletin s'est déjà fait l'écho, et celui de David Marmonier, consacré aux "églises romanes du bas-pays corrézien", modèle de clarté, d'élégance et de précision".
Pierre Moulier, Patrimoine en Haute-Auvergne, 1er semestre 2012.

Un siècle de faits divers en Corrèze.
"D'une bagarre de cochers à Argentat en 1900 au premier distributeur de billets "arraché" (Uzerche en 2000) en passant par une véritable scène de saloon à Treignac en 1949 pendant la construction du barrage (tricherie à la table de jeu et as dans la manche !) et les innombrables et tragiques accidents de la route, Jean-Michel Valade fait oeuvre de mémoire, donnant au lecteur l'impression d'un travail de documentation approfondi. Mais il dresse également en filigrane le bilan d'un siècle : d'une certaine manière, la nature changeante du faits divers au fil des ans est un miroir sans complaisance des évolutions de la société".
Corrèze Magazine, Le mensuel du Conseil général de la Corrèze, n° 85, Décembre 2010.


"Un auteur qui sait remettre les gens et les faits à leur place dans une époque. [...] Insolites, des petits et grands événements choisis dans la presse locale d'époque conservée au fond des archives municipales de Brive ont été réécrits et racontés par Jean-Michel Valade avec un humour égal au fil d'un ouvrage qui se laisse ouvrir à n'importe quelle page sans jamais tomber des mains".
Jean-Louis Rocher, La Montagne, 31 octobre 2010.

Limousin 14-18. Un abécédaire de la Grande Guerre en Corrèze, Creuse et Haute-Vienne. 
"Le propos est foncièrement humain, proche du quotidien". 
Robert Guinot, La Montagne, 28 novembre 2008.

 

Les grandes affaires criminelles de Corrèze.
"Le Briviste Jean-Michel Valade nous donne un coup de poing dans le plexus en démontrant, selon le mot de Claude Michelet, que "certains Corréziens n'ont pas échappé à l'appel du crime". Dans son ouvrage, ce sont trente-cinq affaires criminelles, parricides, infanticides, viol, pédophilie, rixe mortelle, empoisonnement, incendie et même attentat à l'explosif, qui sont passées au crible, du tragique réveillon de Turenne aux lettres anonymes de Tulle en passant par l'horreur sordide du Glandier".
Pays du Limousin, numéro avril-juin 2008.


La Corrèze vue du ciel.
"Historien de formation, géographe épris des paysages de son enfance, Jean-Michel Valade cultive la rigueur et le sérieux comme d'autres la fantaisie. Avant de prendre la plume, il arpente, mesure et vérifie. Il veut voir de ses yeux, n'hésitant pas, tel l'éminent Vidal de la Blache, à arpenter le "sauvage plateau". Il fouille les vestiges, autopsie les archives, chasse d'un revers de la main les nuages qui font mine de masquer l'horizon. Que la tempête de décembre 1999 soit passée par là, que les éoliennes poussent sur l'âpre sommet, que les autoroutes ou un aéroport dessinent leurs longitudes rectilignes sur le relief, tout, à ses yeux, mérite attention. Car la géographie, l'historien le sait bien, accompagne de manière naturelle l'histoire des hommes. Des mois durant, Jean-Michel Valade a donc tout remis à plat pour voir la Corrèze de plus près. Cela donne un livre passionnant, généreux en images, écrit avec le soin et l'alégresse de celui qui aime ce pays et ne s'en tient jamais très longtemps à l'écart".
Alain Galan, La Montagne, 2 novembre 2006.


Au bout de l'enfer concentrationnaire : la vie. Paroles de rescapés corréziens des camps nazis. 

"On l'aura compris, l'ouvrage dépasse très largement en intérêt son seul ancrage dans la terre corrézienne. A conseiller lui aussi prioritairement  à tous les jeunes de France et de Navarre !".
Franck Schwab, Le Patriote Résistant, septembre 2002.


100 ans en Corrèze.
"Cette chronique au fil du XXe siècle avait connu un vif succès puisque le livre était épuisé depuis plusieurs années. Il est donc heureux que les éditions Geste l'exhument. Comme un bon vin, il n'a fait que se bonifier".
La Montagne, 1er novembre 2012

"Dernier ouvrage paru, 100 ans en Corrèze, de Jean-Michel Valade, préfacé par Claude Michelet, permet de remonter le cours du temps, une année chassant l'autre. Ce travail d'érudit, agréable à lire, riche en anecdotes et surtout admirablement documenté, est à mettre entre toutes les mains".
Alain Galan, La Montagne, dossier spécial Foire du Livre de Brive 2000



Voutezac et son pays au XIXe siècle.
"Si vous aimez l'histoire n'hésitez pas à savourer Voutezac et son pays au XIXe siècle car Jean-Michel Valade a su éviter les "pièges" de l'historien pour nous donner un livre de conteur. Une tranche de vie d'une société rurale disparue qui se lit presque comme un roman...".
Corrèze Magazine n° 401, avril 1997.




Bas-Pays de Brive et fait départemental corrézien.
"Une thèse riche, claire, efficace et sobre qui mériterait une diffusion moins confidentielle".
Brive notre ville, février 1992.




 



Créer un site
Créer un site